9-15 mars 2018
Commissariat : JÉROME SANS

Emerige et le Fonds de dotation Emerige présentent du 9 au 15 mars l’exposition « Voyage au centre de la Terre » : une expédition à travers l’univers de 8 artistes - Romain Bernini, Jennyfer Grassi, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Eva Jospin, Bruno Perramant, Lucie Picandet et Pierre Seinturier - qui ont pris possession d’une série d’anciens entrepôts dissimulés derrière le portail du 7 rue de Tolbiac. Ces espaces d’expérimentation abritent depuis plus d’un an une activité artistique plurielle, mise en lumière in situ grâce à l’exposition qui se veut un voyage esthétique et poétique, non linéaire, au cœur de la création en train de se faire.

Mécène engagé aux côtés de la scène artistique française depuis de nombreuses années, conscient du manque d’ateliers pour les artistes vivant à Paris, Emerige a choisi de mettre à disposition ses espaces du quartier Bibliothèque François Mitterrand à ces 8 artistes représentatifs du dynamisme de la scène émergente française. À travers cet accompagnement matériel, le Groupe leur offre un soutien fondamental sur le long terme.

Voué dans quelques semaines à la démolition, ce théâtre éphémère de la création artistique deviendra à l’horizon 2021 un immeuble de logements réalisé par Emerige.

Une déambulation « au-delà du miroir »

© Florian Kleinefenn

Renouant, d’une certaine manière, avec l’histoire passée des ateliers collectifs, où les cultures se répondent et s’entrecroisent, les artistes se sont emparés des lieux. Tous ont en commun une recherche qui tend vers la notion de profondeur saisissable au fil des espaces : au rdc des paysages de forêts tels de gigantesques bas-reliefs qui seraient issus de contes fantastiques chez Eva Jospin ; des fleurs photoluminescentes plongées dans l’obscurité par Jennyfer Grassi comme des chimères, jusqu’aux peintures de jungles imaginaires et autres mythologies contemporaines de Romain Bernini.

À l’étage, dans les combles, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige présentent autant de vestiges des transformations invisibles des mondes souterrains. Dans la pièce voisine, les aquarelles de Lucie Picandet prennent forme tel un voyage introspectif à l’intérieur de son organisme, et, lové au fond du couloir, Pierre Seinturier dévoile un univers graphique et pictural qui campe comme une intrigue, un suspens issus de films policiers américains ou de série B.

Enfin, le sous-sol devient un vaste jardin onirique pictural, bordé d’allées, habité aussi d’êtres étranges évoluant dans des fonds marins indéterminés, créés par Bruno Perramant. Utopies, rituels, expériences rythment ces diverses propositions dans un autre espace-temps, celui du processus de création.

Réunis comme une île à la périphérie du paysage du centre parisien, les espaces du 7 rue Tolbiac ont constitué pour ces artistes un nouveau centre original du monde. Aujourd’hui, c’est aussi un écho à la fois proche et lointain du futur pôle artistique et culturel porté par Emerige qui naîtra sur l’Île Seguin d’ici 2021 : l’amorce d’un programme ambitieux, inattendu, hors des sentiers battus de l’art contemporain, dans lequel Emerige se porte comme un nouvel acteur du rayonnement de la création contemporaine française à l’échelle internationale. L’histoire ne fait que commencer…

Demain au 7 rue de Tolbiac

Programme immobilier neuf 7 rue de Tolbiac à Paris 13

La résidence d'appartements neufs "7 rue de Tolbiac" à Paris 13

Courant avril 2018, les anciens entrepôts qui abritent aujourd’hui l’activité des 8 artistes de « Voyage au centre de la Terre » seront démolis pour construire un immeuble emblématique du savoir-faire d’Emerige.

Le programme immobilier neuf 7 rue de Tolbiac comprend 80 logements et 3 commerces en pied d’immeuble.

« Trois grands volumes de bois habités reposent sur un voile de verre ondulé et bordent les rues de Tolbiac et du Chevaleret, se liant délicatement autour de l’escalier historique en pierre du pont de Tolbiac » Vincent Parreira. AAVP

À sa livraison en 2021, la nouvelle réalisation d’Emerige accueillera une œuvre d’art pensée pour le lieu qui profitera aux habitants et aux passants. Cette installation s’inscrit dans le cadre du programme « 1 immeuble, 1 œuvre ».